Nouvelles

IL FAUT UN LOCAL POUR LA COLLECTION WINGS !

Catégories : Nouvelles

La Collection Wings est une collection d’objets d’intérêt patrimonial, conservés dans les salles d’entreposage des deux édifices patrimoniaux de la compagnie Wing rue Côté dans le Quartier chinois, qui ont fait l’objet d’un inventaire visant leur sauvetage et leur mise en valeur.

Bien que ces édifices – l’ancienne British and Canadian School (1826) et l’ancienne Free Presbyterian Church (1848) transformée en cigarerie Samuel Davis and Sons (1884) – vont bientôt bénéficier du classement comme biens culturels par le Ministère de la Culture, les intérieurs ont été exclus de cette protection ainsi que les objets anciens qui s’y trouvent. En février prochain, le groupe de promotion immobilière qui a acheté les édifices va en prendre possession et tout ce qui demeurera sur les lieux risque de disparaître.

Objet de mémoire – groupe d’action muséologique recherche en urgence un lieu temporaire d’entreposage de cette collection liée principalement à l’entreprise alimentaire Wing propriété de la famille Lee. Cette entreprise et cette famille sont des pionnières de la communauté chinoise montréalaise et québécoise depuis la fin du XIXe siècle, et la collection est associée à deux édifices emblématiques de l’ancien faubourg Saint-Laurent et témoins de l’histoire sociale, religieuse et économique de Montréal.

 

Une mobilisation citoyenne

 

Le sauvetage de cette collection d’objets et d’archives s’inscrit dans la mobilisation citoyenne qui s’est engagée en avril 2021 à l’initiative de Jean-Philippe Riopel et Élyse Lévesque qui ont largement fait connaître la vente du secteur le plus ancien du faubourg Saint-Laurent / Quartier chinois au groupe immobilier Investissements 1000 St-Urbain Ltée gérée par Brandon Shiller and Jeremy Kornbluth de Hillpark Capital.

Craignant l’indifférence des promoteurs à la longue histoire et au riche patrimoine du site de l’ancien faubourg Saint-Laurent, ces lanceurs d’alertes ont déposé au ministère de la Culture et des Communications une demande officielle de classement comme site patrimonial du quadrilatère formé par la rue De Bleury, le boulevard René-Lévesque, la rue Sainte-Élisabeth et l’avenue Viger. Ils ont fait circuler une pétition en appui à cette demande de protection qui a été déposée à l’Assemblée nationale avec près de 7 000 signatures. À leur suite, d’autres acteurs montréalais du milieu du patrimoine et des communautés chinoises ont également manifesté leur volonté de voir les pouvoirs publics protéger le secteur et certains de ses éléments les plus précieux.

Suite à ces appels, la ministre de la Culture et des Communications et la mairesse de Montréal annonçaient en mai 2021 la formation d’un comité de travail sur la protection patrimoniale du Quartier chinois montréalais. En janvier 2022, suite au travail du comité, la ministre de la Culture et des Communications et la mairesse de Montréal annonçaient leur intention de prendre des mesures de protection du patrimoine du Quartier chinois.

Ainsi, la ministre de la Culture et des Communications annonçait la signature d’un avis d’intention de classement du site patrimonial du Noyau-Institutionnel-du-Quartier-Chinois à Montréal. Elle signait également des avis d’intention de classement de l’édifice de l’ancienne British and Canadian School (1826) et l’édifice de l’ancienne Free Presbyterian Church (1848) transformée en manufacture de tabac S. Davis & Sons (1884).

La mairesse de Montréal annonçait en même temps la modification du Plan d’urbanisme afin de préserver les caractéristiques du Quartier chinois et de mieux protéger les bâtiments ainsi que le patrimoine de l’ancien faubourg. De plus, elle s’engageait à reconnaître le secteur du Quartier chinois et de l’ancien faubourg Saint-Laurent comme premier lieu historique identifié à Montréal.

 

Les deux édifices patrimoniaux occupés jusqu’à aujourd’hui par l’entreprise Wing : l’ancienne British and Canadian School (1826) et l’édifice de l’ancienne Free Presbyterian Church (1848) transformée en manufacture de tabac S. Davis & Sons (1884).

 

Le sauvetage d’objets patrimoniaux

 

Parallèlement à ses démarches citoyennes pour la protection du site de l’ancien faubourg et du Quartier chinois, Jean-Philippe Riopel, résident de longue date du quartier, locataire d’un des édifices patrimoniaux menacés, voisin des édifices patrimoniaux en cours de classement, guide touristique, collectionneur d’artéfacts, technicien en muséologie, étudiant à la maîtrise en muséologie (UQAM-UdeM) et ami de l’ancien propriétaire des deux édifices de la compagnie Wing, a commencé à identifier et à mettre de côté des objets qu’il estimait d’intérêt patrimonial dans les salles d’entreposage des deux édifices de l’entreprise Wing auxquelles Gilbert Lee, le propriétaire de l’entreprise Wing, lui a laissé l’accès. Entreprise à temps perdu, cette initiative est vite apparue comme méritant une intervention soutenue et de plus large envergure.

À l’automne 2021, la députée Manon Massé décide de soutenir cette initiative de sauvetage et d’inventaire par une subvention de son budget discrétionnaire de comté. Elle y associe le collectif Montréal Explorations pour gérer la subvention ; son coordonnateur, Bernard Vallée, réalise le document Analyse historique du site patrimonial de l’Îlot des rues Côté/De La Gauchetière/Saint-Urbain pour documenter le contexte des trouvailles de Jean-Philippe Riopel qui a accompli tout un travail de recherche et de sauvegarde. Il a notamment sélectionné des centaines d’objets en vue de créer une collection d’artéfacts témoins de l’histoire de cette entreprise-phare du quartier, de la famille Lee et de la communauté du quartier, ainsi que de l’histoire des bâtiments historiques occupés par cette même compagnie et par leurs occupants précédents.

À l’automne 2021 également, devant l’ampleur de la tâche, Jean-Philippe Riopel fait appel à l’équipe du département de Technique de muséologie du Collège Montmorency à Laval et à la professeure de muséologie Francine Clément. À l’hiver suivant, en 2022, le cours Documenter les collections IV : chantier de documentation, du programme de Techniques de muséologie s’est donc donné en partenariat avec la manufacture Wing. Pendant dix semaines, à raison d’une journée par semaine, les 17 étudiantes et étudiants, en dernière année de formation, ont inventorié, catalogué, photographié et emballé plus de 300 des objets sélectionnés, objets qui témoignent de l’histoire de la manufacture, mais aussi des édifices et de la communauté du quartier chinois. Les objets ont été préparés en vue d’un déménagement qui aurait pu survenir en urgence. Suite à cette première étape de documentation et de conservation, un deuxième groupe d’élèves, dans le cadre d’un autre cours de documentation du même programme, Documenter III : systèmes documentaires, a fait l’entrée des données (photographies et informations concernant les dates, les matériaux, les dimensions, les inscriptions, les éléments du patrimoine immatériel, etc.) recueillies par les finissants durant les 10 semaines du projet de l’hiver, dans une base de données informatisée.

Aujourd’hui, cette collection se monte à plus de 300 objets catalogués et des centaines d’autres sélectionnés qui nécessiteraient le même traitement. Tout ce travail a été permis par le fait que les anciens propriétaires ont pu poursuivre la production de leur entreprise alimentaire, d’abord jusqu’en mai 2022 puis maintenant jusqu’en février 2023, et qu’ils sont restés responsables des lieux d’entreposage où nous avons pu travailler. Quel que soit la nature de la protection qui sera attribué aux deux édifices, ils appartiennent à des promoteurs qui n’ont aucun intérêt au patrimoine et il va falloir mettre la collection à l’abri avant qu’ils ne prennent possession des lieux en février 2023 et se débarrassent de tout ce qui s’y trouve.

 

Objets de mémoire – groupe d’action muséologique

 

Depuis septembre 2022, un groupe de professionnels des domaines de l’histoire de l’art, du patrimoine et de la muséologie, qui s’était réuni pour soutenir l’initiative de sauvetage patrimonial de Jean-Philippe Riopel, s’est incorporé sous le nom de Objets de mémoire – groupe d’action muséologique.

Ses objectifs sont :

  1. Assurer le sauvetage, la conservation, la documentation et la mise en valeur de patrimoine mobilier (documents, artéfacts et éléments d’intérieur) menacés de disparition, ainsi que le patrimoine immatériel (traditions orales, pratiques sociales, savoir-faire) qui y est associé.
  2. Mettre en œuvre, avec les milieux du patrimoine, de la muséologie et de l’enseignement, des projets assurant la pérennité de ces collections patrimoniales sauvegardées ainsi que leur accessibilité.
  3. Sensibiliser les propriétaires de patrimoine mobilier, les institutions publiques, privées ou communautaires et le grand public à la sauvegarde de ce patrimoine fragile.

Ses priorités immédiates consistent à préparer et publier le catalogue de la collection d’objets déjà inventoriés et de poursuivre l’inventaire du reste des objets identifiés.

Il s’agit également, et c’est urgent, de mettre à l’abri l’ensemble de la collection avant la prise de possession des locaux par les nouveaux propriétaires.

 

Brève description de la collection

 

Environ 300 objets ont été catalogués et quelques centaines d’autres ont été identifiés mais n’ont pas pu encore être catalogués. Cette collection est essentiellement constituée d’objets témoignant des activités de l’entreprise Wing et de la famille Lee son propriétaire, de leur occupation des deux édifices patrimoniaux de la rue Côté, ainsi que de la communauté chinoise du quartier. Nous n’avons trouvé que très peu d’objets témoignant des anciens occupants des édifices.

Brève histoire de l’entreprise Wing

En 1897, Monsieur Hee Chong Lee, un immigrant de Chine, fonde une compagnie d’importation-exportation de produits chinois sous la bannière de Wing Lung & Co. Le magasin va avoir plusieurs adresses successives dans le Quartier chinois. En 1946, la compagnie commence à produire elle-même ses produits alimentaires.

L’entreprise Wing déménage en 1965-1966 dans l’immeuble de l’ancienne British and Canadian School. En 1970, la famille Lee achète l’ancienne manufacture de cigares S. Davis & Sons établie à proximité immédiate du premier édifice où se fait l’essentiel de la production. Le nouvel édifice est employé comme entrepôt, ainsi que partiellement loué.

Aujourd’hui, l’entreprise se nomme Nouilles Wing Ltée. sous la gestion de trois des petits-fils du fondateur. Après la vente des édifices à Investissements 1000 St-Urbain Ltée au début de 2021, l’entreprise Wing a continué ses opérations de production qui devraient se terminer au début de 2023 avec son déménagement ou sa fermeture définitive.

  1. Objets et documents de l’entreprise Nouilles Wing Ltée :
    • Matériel, machines et équipement de fabrication alimentaire ; boîtes de conserve ; produits alimentaires ; matériel d’impression ; caisses et emballages de produits alimentaires ; etc.
    • Archives comptables ; liste de clientèle ; mobilier (bureau et coffre à outils de M. Arthur Lafontaine) ; peintures (portraits des aïeuls Lee, etc. ; photographies ; tuiles décoratives ; uniformes de travail ; matériel promotionnel ; vaisselle ; table et jetons de jeu ; etc.
  2. Objets et documents en lien avec l’histoire du Quartier chinois de Montréal :
    • Enseignes ; jukebox du Lotus Garden ; objets et documents d’archives sur l’Hôpital Chinois ; matériel promotionnel ; calendriers d’entreprise ; etc.
  3. Objets et documents de la famille Lee et de leurs proches :
    • Effets personnels, vêtements et documents d’immigration de membres de la famille Lee ; correspondance ; objets votifs ; bannières de procession ; drapeaux ; lanternes de papier ; théâtre de marionnettes ; œuvres calligraphiques ; etc.
  4. Objets et documents des entreprises qui ont occupé l’édifice Davis :
    • boîte de cigares ; cadres à fabrication de bougies ; etc.

 

Nos besoins en locaux

Nous sommes à la recherche d’un local sécuritaire chauffé d’environ 400 pieds carrés, afin d’entreposer la collection et en assurer la conservation et la diffusion. Nous avons déjà à notre disposition du mobilier d’entreposage et de travail : étagères, palettes, tables et fauteuils, qu’il faudra compléter une fois sur place, selon l’espace disponible. Il serait intéressant d’avoir accès à un ascenseur ou un monte-charge si le local se trouvait sur un étage. Nous recherchons un local temporaire, pour une période d’environ un an, à faible coût (voire sans frais si possible).

Pour nous rejoindre

Jean-Philippe Riopel riopeljp@gmail.com

 

 

Montréal, le 17 novembre 2022

Objets de mémoire – groupe d’action muséologique