Nouvelles

Le Prix Engagement de la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal remis à Bernard Vallée de Montréal Explorations

Catégories : Nouvelles

 

Le 3 octobre dernier, Bernard Vallée de Montréal Explorations a reçu un prix de la société d’histoire de son quartier.

En effet, la Société historique du Plateau Mont-Royal (SHP) lui a remis son «Prix Engagement», décerné à «une personne ou une organisation qui s’est impliquée intensivement par ses actions, son travail ou son influence dans le Plateau-Mont-Royal».

C’est une reconnaissance particulièrement touchante car elle vient de ses pairs qui travaillent si intensément à mettre en valeur l’histoire et le patrimoine du Plateau.

 

La présentation du prix a été faite par son grand ami André Lavallée avec qui il a fondé le Comité logement Saint-Louis (aujourd’hui Comité logement du Plateau Mont-Royal) en 1974.

Voici un extrait de la présentation d’André Lavallée :

Ce soir, j’ai eu le privilège de remettre à mon ami Bernard Vallée, au nom de la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal, le «Prix Engagement» décerné à «une personne ou une organisation qui s’est impliquée intensivement par ses actions, son travail ou son influence dans le Plateau-Mont-Royal».
J’ai connu Bernard en 1974 et depuis 45 ans, nous avons ensemble mené bien des batailles et conçu bien des projets – je pense notamment à la fondation du Comité Logement Saint-Louis, du Collectif d’animation urbaine l’Autre-Montréal et du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec.
Mais Bernard et moi avons aussi développé une complicité et une amitié véritable et durable; à l’évidence, c’était pour la vie ! Nous avons été longtemps vu comme des inséparables. C’était bien le cas !
Bravo Bernard pour cette reconnaissance qui t’a été offerte par tes pairs, passionnés d’histoire, de patrimoine, d’architecture et des luttes urbaines ! Ce prix souligne ton engagement mais aussi ta passion, ta rigueur, tes valeurs progressistes, ta générosité et j’ajouterais la capacité encore aujourd’hui de t’insurger contre les injustices, l’iniquité, la bêtise, la corruption et les politiques réactionnaires.
Bravo aussi aux autres récipiendaires des prix 2019 de la Société D’histoire Du Plateau, Gabriel Deschambault et Jimmy Di Genova.
 

 

Bernard Vallée était bien encadré par les lauréats des deux autres prix :

  • «Prix Rayonnement» à Jimmy Di Genova, l’ancien directeur de la troupe de danse folklorique Les Sortilèges et le fondateur du Centre de documentation Marius-Barbeau ; une sommité dans le domaine de la conservation et de la diffusion du patrimoine immatériel.
  • «Prix Action bénévole» à Gabriel Deschambault ; architecte et urbaniste de formation, il a fait carrière à la Ville de Montréal où il a été associé à la production des premiers logements sociaux à Montréal et a, entre autres, mis sur pied la division responsable de la mise en valeur du patrimoine. Il a également été l’instigateur de l’Opération patrimoine architectural de Montréal. Pour la SHP, dont il est un des fondateurs et un pilier, il publie un blogue passionnant sur la petite histoire du Plateau et le patrimoine exceptionnel de ce quartier.

 

Voici l’intervention de Bernard Vallée pour l’acceptation de son prix :

 

Merci aux membres du conseil d’administration de la Société d’histoire du Plateau Mont-Royal qui, par l’attribution ce prix, soulignent mon engagement dans la défense et la mise en valeur du patrimoine du Plateau. Merci à mon ami André Lavallée pour sa présentation de ce prix, lui qui fut mon premier compagnon de route dans la défense du droit au logement sur le Plateau, dans la préservation de son patrimoine et dans la diffusion de son histoire. C’est un grand honneur que vous me faites, car la reconnaissance de ses pairs est très gratifiante et il est particulièrement émouvant pour moi que ce soit dans son quartier « natal ».

En effet, je dis souvent que je suis né une deuxième fois, au Québec, en 1973, à l’âge de 22 ans, dans le quartier Saint-Louis, la moitié ouest de ce qui ne s’appelait pas encore le Plateau Mont-Royal. Nouvel immigrant sans le sous, je louais un petit deux pièces à l’étage mansardé d’une maison pittoresque d’une rangée érigée cent ans plus tôt, en 1873, sur la rue Drolet, comme « îlot modèle » d’un des premiers lotissements planifiés de l’ancien village Saint-Jean-Baptiste, celui de la ferme Comte.

J’ai été frappé par la beauté de ce patrimoine modeste si attachant, et séduit par la convivialité d’un espace urbain presque villageois à deux pas du centre-ville. Mais j’étais inquiet des menaces qui planaient sur notre milieu de vie à cause de la dégradation du bâti et des centaines d’incendies criminels ; j’étais indigné par l’indifférence des pouvoirs publics et attristé par la résignation de nombre de résidents.

C’est pourquoi j’ai participé à la fondation d’un groupe de citoyennes et de citoyens, le Comité logement Saint-Louis aujourd’hui Comité logement du Plateau Mont-Royal, qui refusaient de voir le Plateau dépecé par la spéculation immobilière, amputé de son patrimoine et menacé d’être privé de sa mixité sociale d’origine. Nous avons initié et soutenu de nombreuses luttes contre des projets stupides, des expulsions sauvages et des démolitions barbares, tout en développant une éducation populaire sur l’histoire et le patrimoine exceptionnel de notre quartier, un des fondements du fort sentiment d’appartenance nécessaire à tout engagement citoyen.

Le Plateau a été le creuset où j’ai commencé ma vie de militant urbain et il est encore au cœur de ma vie professionnelle de sherpa urbain qui accompagne mes concitoyennes et mes concitoyens dans l’appropriation de leur ville par des visites guidées d’histoire sociale et d’histoire urbaine. C’est dans le Plateau que j’ai conçu et animé mes premiers circuits historiques dès 1976 et que j’ai participé à la fondation en 1984 du Collectif d’animation urbaine L’Autre Montréal que j’ai quitté en 2011 pour fonder Montréal Exploration en 2013. Parmi les circuits que je continue à y développer, le Plateau tient toujours une grande place.

Ce sont aussi des maisons typiques du Plateau que j’ai pris comme modèles pour réaliser un livre-maquette et célébrer le paysage unique de notre quartier lors du 350e anniversaire de Montréal. C’est également Le Plateau qui est le sujet de ce Dictionnaire historique à la rédaction duquel j’ai participé pour le 375e de Montréal.

Je vis sur le Plateau depuis 46 ans et j’ai pu voir avec bonheur les transformations du quartier qui ont éloigné une partie des menaces qui dénaturaient notre milieu de vie, affectaient la diversité sociale et effaçaient le patrimoine. J’y vois nettement l’influence des combats que nos mouvements sociaux ont mené et qui ont influencé les politiques urbaines et patrimoniales. Mais je constate que rien n’est définitivement acquis : la spéculation sur nos rues principales tue le commerce de proximité, certaines formes de gentrification et les locations touristiques expulsent des résidents de longue date, des édifices abandonnés risquent d’être dénaturés ou même de disparaître. Mais je sais aussi que la poignée de militantes et de militants d’il y a quelques décennies est devenue un vaste réseaux d’individus, d’organisations et d’élus qui ont à cœur le développement harmonieux du quartier et dont la Société d’histoire du Plateau est un maillon précieux et indispensable.

Vous comprenez donc mon attachement à ce quartier, à ce milieu de vie exceptionnel, et combien je suis touché par la reconnaissance de mes pairs dans cette passion de l’histoire et du patrimoine. Merci aussi à celles et ceux qui investissent tant dans les activités de la Société d’histoire et merci à vous toutes et tous qui la soutenez et participez à ses activités. J’espère avoir encore l’occasion d’y contribuer sous forme d’articles ou de conférences.

 

 

 

Visit Us On FacebookCheck Our Feed